Photos "La Belle Anie..."

Malgré des prévisions météo pas réjouissantes, nous décidons, avec mon pote Jean-Marc, de nous rendre à la Pierre St Martin avec la ferme intention de séduire Anie et, si le temps le permet, d’aller pique-niquer sur la Table des 3 Rois.
Départ du Gers samedi matin 8h, arrivée PSM (1650m) 11h. On peut pas dire qu’on va vers une belle journée…ciel couvert, vent d’Espagne qui pousse les nuages vers la France mais on n’est pas dans la brume. Ne connaissant pas l’endroit, ni lui, ni moi et ayant lu, de ci, de là, qu’il est fort imprudent de s’aventurer dans les lapiaz de la PSM par temps de brouillard, nous convenons de nous y engager tout de même, la visibilité (pour l’instant !) étant bonne et si par malheur le brouillard venait nous jouer des tours, et bien nous avons vivres, vêtements chauds et tente pour « passer » et « laisser passer » le temps si nécessaire…

DSC01126

Ah oui, sur les topos on parle des « marques rouges » qui conduisent tout droit à Anie. Mais les marques rouges sous les névés (encore nombreux)…Névés + lapiaz donnent à cette contrée un aspect assez spectaculaire : neige + pierre + neige…après observation de la topographie sur le terrain et sur la carte, nous décidons de nous rapprocher de la frontière et d’approcher Anie par l’Ouest / NO. De ci, de là des cairns émergent (ça ne manque pas dans le secteur ! il faut dire que la matière 1ère est là !) et, manifestement, ces alignements divers de cairns convergent vers le même point. L’approche se passe sans histoire. Je fais l’impasse sur les averses et les névés dont il faut se méfier (ils cachent des ponts de neige peu épais qui peuvent céder en bordure de trous + ou – dangereux). Nous arrivons à un col (2200m) qui domine l’accès à Anie. La Belle nous regarde de toute sa splendeur.

DSC01123

DSC01128

Il est 16h. Le sommet est à 2504m, en comptant la descente pour le chemin d’accès et l’approche dans les névés, il faudrait compter 1h 30 à 2h. Les nuages observés n’augurent rien de bon…nous préférons redescendre vers la cabane du Cap de Baigt pour trouver un endroit de bivouac (on n’a pas trop envie de dormir sur les cailloux, aussi respectables soient-ils !). Même le chemin qui rejoint le GR 10 n’est pas évident. Des traces remontant sans doute au WE précédent nous guident cependant (j’ai cru reconnaître la trace des pataugaz de Highpictv qui est venu traîner par là le WE dernier justement !). Nous trouvons un coin d’herbe tendre et paradisiaque (1900m) juste au dessus de la cabane du Cap de Baigt que nous devinons dans la brume quelques 300m en contrebas.

DSC01134

Le temps de monter la tente et nous voilà noyés dans la brume. Repas chaud et repli dans la tente. ½ heure plus tard les premières gouttes de pluie font un boucan d’enfer sur la toile…le vent se lève (y’a pas de raison !). Ce scénario se reproduira plusieurs fois dans la nuit.

DSC01142

Au matin, rafraîchissement net. Le ciel, bien qu’encombré en altitude, peut laisser entrevoir quelques espoirs.

DSC01137

Café chaud, pain d’épice et nous repartons à l’assaut de notre belle ! [photo Jean-Marc] La remontée commence avec le soleil qui perce de temps à autre les nuages qui filent poussés par le vent d’Espagne. Le sommet de l’Anie apparaît lui aussi ensoleillé…patatras ! du côté du col des Anies, le plafond s’abaisse, Anie se planque dans la brume et les averses nous arrosent copieusement ! Arrivés au chemin d’accès au pic, nous sommes dans la purée de poix. Inutile d’espérer aller faire du gringue à la Belle ! Anie…Anie…

DSC01147

Inutile également d’envisager de basculer plein Sud pour rejoindre les 3 Rois. D’autant que, la veille, une inspection des lieux nous avait conseillé la prudence (encore trop de neige pour s’aventurer en terres inconnues).

Pour autant nous ne voulons pas rejoindre la PSM directement. Nous contournons le col de la veille pour descendre confortablement un vallon par ses névés. La boussole indique la PSM NO et nous descendons ONO, c'est-à-dire que nous tirons sur la gauche de la direction de la PSM. Attention de faire le point régulièrement, on a vite fait de se paumer, surtout que les repères visuels sont dans la brume…

DSC01148

Je vous dis pas la prise des azimuts !! On a toute la journée devant nous et le lendemain s’il le faut, donc le stress a le temps de s’installer !

DSC01150

Au détour d’un vallon, en plein milieu du névé, nous remarquons l’entrée d’un « terrier » avec des traces bien marquées par la terre tout autour…si c’est une marmotte, alors elle a bouffé une sacrée dose de topset ! Jean-Marc ou moi pourrions entrer par le trou du terrier ! Les traces qui partent dans toutes les directions autour sont énormes…nous pensons rapidement à l’ours.

Copie_de_DSC01149

Le doute c’est que l’ours ne creuse pas son antre non ? A savoir s’il n’y a pas une caverne sous la neige dans ce paysage karstique…quelle bestiole aussi volumineuse pourrait hiberner à cet endroit. Nous n’osons nous approcher davantage pour photographier les empreintes les plus marquées par la couleur de la terre (l’ours peut cavaler jusqu’à une vitesse de 40km/h ai-je entendu dire !).

 

Nous restons un moment (assez loin !) histoire de voir si ça bouge et si ça sortirait du trou !
Après une ½ heur d’attente nous reprenons notre marche avec le bon espoir de voir le ciel se déchirer afin d’avoir des repères visuels. Notre souhait est exaucé, nous montons sur une crête afin d’étudier la topographie alentour. Comme nous l’avions prévu, nous sommes partis bien à l’Ouest de l’Anie et, partant, bien au Sud de la PSM. Notre repère est le pic d’Arlas qui surplombe la station est qui est reconnaissable entre tous par son allure. Je ne pensais pas nous être éloignés autant…petit rappel sur la vigilance en montagne !

DSC01152

Le ciel se déchire, le soleil revient et le vent redouble à tel point que nous n’osons pas gravir le pic d’Arlas par son arête S : une bourraque un peu forte et c’est la chute ! Alors nous profitons de ce soleil qui nous a fait tant défaut sur les prairies de Pescamou avant de rejoindre la voiture.

PS : la station de la PSM….no comment
PPS : on a bien fait de rentrer, orage en soirée et flotte toute la nuit et tout ce matin 8 mai !