Photos "Lumières d'Aubrac"

La neige se fait rare cette année. Pourtant cette sortie en AUBRAC a nécessité l'utilisation des raquettes pour notre plus grand plaisir.

Laguiole_02_07__31_

Les grands espaces du plateau recouvert de neige....on bascule dans un autre univers!

Laguiole_02_07__25_

Burons abandonnés....

Le buron est une habitation temporaire d'été que l'on trouve sur les plateaux de l'Aubrac. Jusqu'à la fin du XXème siècle les burons ont servi à loger les vachers s'occupant des troupeaux et à la fabrication du fromage(le Salers) lors de l’estive (mi-mai à mi-octobre).

Laguiole_02_07__29_

Les burons ont été abandonnés parce que la main d'œuvre nécessaire à son fonctionnement émigrait sur Paris depuis la fin de la deuxième guerre mondiale. La pénibilité des conditions de travail (traite des vaches sous la pluie, le vent, la neige parfois , pas de confort de vie et de logement)rebutaient les jeunes qui préféraient se lancer à l'assaut de la capitale et d'un meilleur confort.
Les exigences communautaires aux fins de mise aux normes européennes ne sont pas étrangères à la disparition des burons.

Laguiole_02_07__27_

Lauzes

Il existait environ 300 burons en activité sur le plateau. Aujourd’hui il n’en reste plus aucun. Le fromage de Salers est définitivement éradiqué des germes porteurs de maladie (bêrk…).
Le dernier buron en activité que j’ai vu fonctionner était tenu par deux frères. Certes, les « experts » du service vétérinaire devait avoir les yeux qui leur sortait des orbites de voir la fabrication du fromage dans un tel endroit, mais qu’est-ce qu’il était bon !

Laguiole_02_07__04_

Au-dessus de Laguiole...au loin, le puech du Roussillon

Un gars du pays nous a raconté l’histoire suivante : lors d’une fête de la transhumance (en mai à AUBRAC), des cars qui ramenaient des touristes chez eux ont dû s’arrêter à l’hôpital de MILLAU…intoxication causée par le fromage….fromage en provenance exclusive de la coopérative locale ! Vous savez, là où on fabrique le fromage aseptisé en blouse blanche sur des paillasses de labo !
Bref, ma bonne dame, on n’arrête pas de marcher sur la tête et ça fait des bosses…