Itinéraire

Photos "Balade du lac de l’Oule aux granges de Lurgues en passant par le refuge de Bastan et le pic de Portarras."

Bastan__32_

Andrée, Chantal, Isabelle, Erwann et Lionel démarrent leur périple du refuge de l’Oule chaussés de raquettes tandis que Marie-Josée et les deux Bernard démarrent aux granges de Lurgues avec leurs skis de rando. Les deux groupes se retrouveront dans la soirée au refuge de Bastan.

Bastan__10_

Après l’Oule les raquettes deviennent rapidement indispensables. Il fait très beau, les paysages sont « de carte postale » et la progression vers les lacs et le refuge de Bastan ne peut se faire que dans la bonne humeur…Les lacs de Bastan sont gelés et recouverts de neige. Le pic de Bastan nous indique la direction à suivre. Face à lui, le Portarras que nous gravirons demain. Erwann, Breton frais débarqué en Gascogne, ne connaît rien de la randonnée en montagne et c’est son baptême…il ne pouvait mieux commencer ! La nature a fait en sorte qu’il ne soit pas déçu. Le groupe avance tranquillement en ne ratant rien de ce qui l’entoure, de la vallée d’Aure où on devine Saint Lary aux premiers sommets qui se révèlent au fur et à mesure qu’on s’élève : le massif du Néouvielle, le Lustou, le Batoua et bien d’autres qui barrent l’horizon de leurs sommets enneigés. Nous arrivons en fin d’après midi au refuge de Bastan qui se découvre au dernier moment…tu le vois, tu y es !

Bastan__21_

Nos amis skieurs viennent d’arriver également et nous profitons des derniers rayons du soleil pour échanger nos impressions de la journée. Ils nous confirment que l’accès au col de Bastanet, passage obligé pour le Portarras, est franchissable avec les raquettes.

Une soupe à l’oignon et une bonne nuit plus tard, nous sommes prêts à repartir. Le pic de Bastan est superbe dans la lumière du matin. Il ne fait pas particulièrement froid. La neige ne devrait pas être trop glacée pour franchir le « rampaillon » du Bastanet. Cependant, Bernard, dans sa grande sagesse, nous fait chausser les crampons avant d’attaquer la pente…Erwann va faire sa première expérience de montagnard inexpérimenté : parti à l’assaut de la pente avec ses raquettes, il se retrouve « planté » au beau milieu, raquette déchaussée, ne sachant quoi faire. Andrée ira lui porter secours en lui ramenant la raquettes perdue et un piolet qui l’aidera à rejoindre le col. La montagne, ça s’apprend...

Bastan__35_

Nous n’en resterons pas là…après Erwann, Hélène casse un de ses crampons pendant la montée ! Elle est en compagnie de Bernard. Ils attendront qu’Andrée (Saint Bernard de l’expédition !) leur apporte un crampon en bon état. Ils finiront l’ascension encordés.

 

Tout le monde se retrouve enfin au col pour admirer le pic du Midi qui sort de son écharpe de brume. La plaine de Gascogne est invisible sous la mer de nuages. A l’Ouest l’accès pour le pic de Bastan. A l’Est, l’arête qui mène au sommet du Portarras. C’est parti…ascension agréable sous un ciel bleu de carte postale…de part et d’autre les sommets enneigés des 3000 environnants, y compris ceux du Luchonnais à l’Est.

Bastan__84_

La petite troupe se regroupe au sommet du Portarras toute heureuse de profiter d’une aussi belle journée. La suite n’est qu'une longue descente vers les granges de Lurgues. Les skieurs se régalent à glisser sur les pentes des vallons encore bien enneigés. A noter une vieille douleur au genou qui se réveille chez Hélène. Elle ramènera sa douleur et son genou courageusement jusqu’en bas, avec le sourire s’il vous plaît…

Bastan__14_