Après un vol sans histoire nous amenant à Lisbonne sur les coups de 21h, nous rejoignons en taxi l'appart-hôtel réservé dans le quartier de Beato.

Beato

Beato (Capture Google Earth)

Super! Un resto nous tend les bras au pied de l'appart!

DSC00883

Bacalhau de rigueur!

DSC00928

L'Alfama

J'avais repéré sur Internet une asociation "Lisbonne, Âme et Secrets" qui se propose de faire entrevoir le coeur de la vie lisboète avec le concours de guides francophones. Qui plus est, les groupes ne dépassent jamais 8 personnes et la découverte se fait loin des itinéraires convenus et des discours stéréotypés.
Rendez-vous a été pris le dimanche matin 9h 30 place Rossio.

DSC00890

Vincent, notre accompagnateur

Nous avions pris la précaution d'aller étudier les panneaux d'arrêts de bus la veille au soir en sortant du resto! Le 728 nous amène tout droit au lieu de rendez-vous.
Vincent, jeune Français habitant Lisbonne depuis plus de trois ans, nous fait découvrir les quartiers de Mouraria et de l'Alfama. Grâce à lui nous prenons rapidement des repères qui nous seront fort utiles pour nos futurs périples dans la ville.

DSC00895

DSC00896

Nous sommes 8 à écouter avec curiosité Vincent nous conter l'histoire de la ville, ses titres de gloire avec ses aventuriers du nouveau monde et ses malheurs avec tremblements de terre et incendies. Tout en déambulant de placettes en ruelles, Vincent nous fait part de son ressenti de la ville actuelle. Ces 3 dernières années, dit-il, la ville a vu un "boum" touristique auquel elle ne s'attendait pas. Ce qui explique sans doute des rues où stagnent des ordures qui tardent à être ramassées, faute d'infrastructures adaptées.

DSC00902

DSC00897

Autre conséquence fâcheuse de ce développement touristique: la spéculation immobilière. Regardez la première photo. À gauche l'immeuble avec le linge qui pend aux fenêtres, immeuble habité par des Lisboètes issus du peuple. En face, le ravalement de façade ne tolère pas le linge! Et si vous voyiez la restauration plus que "chicos", vous en déduiriez que le "populo" n'a plus sa place ici...
La mamie accoudée à son balcon n'a sûrement pas les moyens d'aller occuper un appartement dans l'immeuble d'à côté... Tout ce qui faisait la vie de ces quartiers populaires disparaît pour le profit d'investisseurs-prédateurs sans foi ni loi.

DSC00904

DSC00907

DSC00910

La cathédrale

DSC00912

DSC00913

Azulejos

DSC00918

Vestiges de l'ancien rempart

DSC00921

Autre fléau de l'industrie touristique, la ville est inondée de centaines de "Tuk-Tuk", ces scooters adaptés au transport des touristes.
"Inconnus il y a moins de 3 ans, des nuées de véhicules touristiques ont envahi la ville au point que même la mairie n’est actuellement pas capable de les dénombrer, à commencer par les Tuk-Tuks qui sillonnent par centaines les quartiers du centre à l’affût de leurs proies. D’autres, tels que les Segways, sont parfaitement inutiles dans une ville comme Lisbonne, tandis que les Go-cars cumulent toutes les tares imaginables." (http://lisboa-does-not-love.com/fr#solution)

DSC00921

Nous avons testé celui de Miguel...

DSC00923

...pour aller au point de vue de Gracia

DSC00924

Lisbonne a une tradition d'artistes tagueur dont es oeuvres sont visibles sur les murs de certins quartiers de la ville. Malheureusement, il n'y a pas que les artistes qui s'en donnent à coeur joie...

La suite ►►